partagez

Dendroflore des jardins de Pula autrefois et de nos jours

Les parcs de Pula et les autres surfaces vertes de la ville possèdent beaucoup de variétés de plantes. Les surfaces de Pula en ont aujourd’hui plus de 100. Quelques unes ont été plantées fin 19e – début 20e siècle pendant le règne austro-hongrois et le règne italien. Pendant cette période, beaucoup de plantes exotiques plantées n’ont pu résister à notre climat et à nos conditions pédologues (Carica papaya, Copernicia sp., Dasylirion sp., Taxodium distichum, Coffea arabica, Cyperus papyrus, Musa xparadisiaca, Phoenix dactylifera, Sequoiadendron giganteum, etc.), d’autres vivent encore de nos jours (Séquoia semper virens, Yucca filamentosa, Cedrus libani, Trachycarpus fortunei, Chamaerops humilis, Magnolia grandiflora, Pinus jeffreyi…) ” (…) un débat autrichien de la deuxième moitié du 19e siècle parle de 36 variétés de plantes et de cultures subtropicales qui poussent de manière sauvage dans la baie de Pula et dans le sud de l’Istrie (…)”(M. Balota, 1954.)

Depuis le début de la formation du parc, 200 variétés de plantes ont été plantés, la plus grande partie pendant le règne austro-hongrois (99) et 44 variétés pendant le règne italien. Quelques-unes sont fanées depuis longtemps alors que d’autres se sont montrées résistantes, elles sont plantées aujourd’hui encore.

Pendant le règne austro-hongrois, plus que des plantes autochtones on plantait des plantes allochtones, qui sont présentes aujourd’hui encore dans les jardins de Pula.

Même si quelques variétés citées ici n’ont pas réussies à s’adapter au nouveau climat et aux conditions pédologues et sont mortes ou de condition faible aujourd’hui, un nombre non négligeable planté à cette époque est présent aujourd’hui dans les parcs de Pula et représente une culture irremplaçable. Le règne italien a aussi laissé des traces par la plantation de plantes allochtones mais ce sont des plantes qui avaient des conditions semblables dans leur pays d’origine et se sont donc très bien adaptées, il y en a donc aujourd’hui un très grand nombre dans les parcs.

Les anciens habitants de Pula se souviennent de leur ville comme étant une merveilleuse oasis verte tout au sud de la presqu’île d’Istrie. Vous allez les entendre souvent parler des bancs publics dans les parcs, des murmures de l’eau des fontaines du  parc naval ou de Monte Zaro, des buissons parfaitement taillés de tous les parcs d’autrefois. Il y a une tendance à vouloir redonner l’aspect d’autrefois aux parcs.

Les parcs sont seulement une petite partie de l’héritage historique et culturel de Pula acquis pendant 3000 ans d’existence et représentent une plantation irremplaçable et une collection de valeur qui a 150 ans. Grâce au climat tempéré et au choix plus ou moins bon, une grande partie des plantes exotiques ou allochtones sont en vie aujourd’hui et se comportent dans leur nouvelle patrie comme si elles étaient des espèces néophytes (elles fleurissent, donnent des fruits, se reproduisent sans l’aide de l’homme).

Ces dernières années, l’art topiaire est de nouveau utilisé dans les parcs comme il était utilisé autrefois. De cette manière, l’apparence connue des parcs de Pula est peu à peu retrouvée.